Pascale Sablonnières

A propos

En équilibre instable entre recherche de dynamique et photo
presque « documentaire ». Attirance du déséquilibre et attraction du presque-­rien.

Parfois je traite de sujets que j’appelle «l’intimité sociale».
«Intimité» car j‘entre dans un univers singulier, «sociale»
car chacun de nous est la résultante de paramètres sociaux.
Parfois c’est la vie dans la rue qui me fascine. Là mon
regard est autant retenu par le mouvement d’un bras
qu’une poubelle renversée. Les choses comme elles sont, les gens où ils sont. La vie de tous les jours perçue et imaginée.

Puis dernier axe fort, suivre le trajet d’une route, d’un
chemin. Là la marche se transforme en voyage artistique.

Entre ces trois pôles, je combine. Mais où que je sois,
j’aimeregarder les choses « ordinaires » proches et les
paysages aux horizons lointains. Mon désir de rencontres
me guident, et me poussent à aller voir la lumière ailleurs.

Parfois j’associe mes photographies. Les diptyques et
triptyques me permettent de créer un univers et un sens autres.

Dans «l’entre-photos», l’imaginaire construit des liens.

Et plus que tout j’aime à m’inventer des règles différentes,
aller sur des territoires qui me surprennent. Etre dépaysée,
avec un désir d’éblouissement.

Pascale Sablonnières, avril 2017