Stéphanie Guglielmetti

A propos

« Cette œuvre sculpturale pourrait s’inscrire dans une certaine tradition de l’art cinétique amenant l’œuvre à se mouvoir, à se transformer, à offrir à chaque regard un angle nouveau. Qualité spécifique renforcée par le travail de lumière et d’ombres, qui, poétiquement, s’enroulent, s’étirent, se métamorphosent sur le sol. Mais le mouvement, s’il se déploie dans l’espace, est aussi et surtout une manifestation du temps.
Et le temps se trouve bien au cœur de l’œuvre de Stéphanie Guglielmetti, qui en matérialise la présence en se

réappropriant les matériaux composant les objets qui le mesurent (disque, roues, cadrans, aiguilles…) en matériaux plastiques.

Chaque mobile évolue sur lui-même à un rythme différent, brouillant la perception que nous avons du temps, renforçant la distinction entre la mesure objective du temps ‘le temps des montres’ et la conscience intime et subjective que nous en avons. »

Marie DEPARIS-YAFIL