Jade Fenu

A propos

La peinture comme déséquilibre.
Transposition, recouvrement, jaillissement : la méthode de travail de Jade Fenu se caractérise par ces trois moments. L’artiste commence par transposer sur une toile, de format souvent carré, une image trouvée au hasard de ses recherches sur internet, une sorte d’image ready-made dont le choix n’est dicté par aucun critère positif, mais procède au contraire de critères laissés au hasard. Le motif, la plupart du temps figuratif, est ensuite recouvert par une série de couches, d’ajouts pour finir par disparaître presque entièrement, happé dans une déflagration de couleurs. Pourtant, à bien y regarder, derrière les superpositions de couches de peinture et les larges coulées de couleurs vives pulvérisées à la bombe, persistent des traces de cette première figure : une main, un visage, un buste… La tension entre figuration et abstraction semble régir la toile, pourtant c’est moins leur opposition que leur nécessaire coprésence qui intéresse Jade Fenu. Son travail consiste d’une certaine façon à « fondre le figuratif dans l’abstrait ».
Pour lui, toute trace – même la plus abstraite – est d’ailleurs toujours le début d’une narration. Dans ses toiles, les figures amorcent donc une narration qui se trouve successivement court-circuitée et relancée par son travail de recouvrement et de défiguration. Comme le pied qui émerge de la toile chaotique de Frenhofer dans Le chef d’œuvre inconnu de Balzac, il y a toujours un fragment figuratif qui subsiste dans les tableaux de Jade Fenu. La figure ne représente cependant pas le centre de gravité de la toile, mais un simple reste, une trace de l’image initiale. L’essentiel se trouve ailleurs, dans le geste parfois violent qui consiste à raturer, à effacer sa propre peinture ; dans l’énergie, dans le mouvement qui anime la toile et la déséquilibre. En ne suivant aucun programme préétabli, en rejetant toute hiérarchie (ni haut, ni bas ; ni premier, ni second plan ; ni fond, ni forme), mais en se laissant au contraire guider par les multiples accidents qui surviennent à la surface de la toile, Jade Fenu parvient ainsi à faire surgir de manière saisissante la matière, les volumes, les contrastes, la couleur, la luminosité de la peinture.
Géraldine Sfez